Nantes Infos

Nantes : « Quel aéroport pour demain ? »

"Quel aéroport pour demain ?", c'était l'objectif de la réunion présidée, ce jour, par Nicole Klein, préfète de la région Pays-de-la-Loire, préfète de la Loire-Atlantique en présence des représentants de l'Etat et des élus des collectivités territoriales du Grand-Ouest.

A la suite de la décision du Gouvernement d'abandonner le projet de transfert de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, les services de l'Etat se sont engagés dans le projet visant à réaménager l'aéroport de Nantes-Atlantique. 

Objectif : construire différemment, intelligemment et rapidement avec une méthode, celle de la concertation avec les élus locaux directement concernés par l'activité aéroportuaire, les élus régionaux et départementaux, les acteurs du secteur économique et les associations. « Il est important d'écouter toutes les parties concernées de façon à pouvoir aboutir à un projet conciliant les enjeux de développement économique et la protection des populations. Le projet global devra intégrer différentes composantes : les aménagements extérieurs à la plateforme pour faciliter l'accès à l'aéroport ; les études qui concernent également la plateforme elle-même avec des travaux à envisager (remise en état des pistes, allongement potentiel de la piste, mise à niveau des bâtiments d'accueil des passagers...) et enfin la réflexion relative aux mobilités afin de permettre d'interconnecter cet aéroport dans son environnement départemental, interrégional, national et international », souligne la préfète.

" Quel aéroport souhaitons-nous demain ? ", c'est cette question qui a été au coeur des discussions de la réunion de ce jour. Pour Nicole Klein,  « c'est un nouveau départ pour le Grand-Ouest. Nous devons ensemble repenser les nouvelles mobilités du territoire. Leur amélioration reposera sur les volets transports du « contrat d’avenir pour les Pays de la Loire » et du « pacte d’accessibilité » pour la Bretagne, qui seront adoptés par les deux régions. Chacun s'est exprimé aujourd'hui sur la façon dont il souhaite s'organiser et être associé au pilotage du projet d'aménagement de l'aéroport et de ses dessertes ». Au tour de la table, les élus des collectivités territoriales et représentants de l'Etat du Grand-Ouest (Régions Pays-de-la-Loire et Bretagne, Loire-Atlantique, Maine et Loire, Mayenne, Sarthe, Vendée, Ille-et-Vilaine et Morbihan) ont notamment échangé sur le trafic attendu, les caractéristiques de ce trafic, la qualité de service souhaitée et l'accessibilité de l'aéroport.

Lors de cette réunion, les travaux en cours et qui seront réalisés à court terme ont également été présentés.

« Le Premier ministre et la ministre chargée des transports ont montré un attachement particulier à ce que ce sujet avance. Il est important de distinguer les mesures qui peuvent être mises en oeuvre directement de celles qui nécessiteront plus de temps avec, dans tous les cas, le souci d’en limiter l’impact environnemental, notamment en matière de bruit », a conclu Nicole Klein.

07/06/2018 | 4 commentaires
Article suivant : « Nantes Samu social : une veille active, renforcée pendant la période hivernale »

Vos commentaires

#1 - Le 08 juin 2018 à 10h23 par Corbin, Nantes
Madame la préfète oublie de dire que la région Bretagne vient de décider l'agrandissement de l'aéroport de Rennes qui pourrait remplacer NDL. Les deux structures seront elles concurrentes ou complémentaires ? et les infrastructures routières ?
#2 - Le 09 juin 2018 à 18h18 par Bertlondon, Nantes
Je note que l'Etat mène cette réflexion alors qu'il est celui qui a conduit au "foutoir" actuel (passez-moi l'expression)... C'est assez paradoxal. J'aimerais entendre la CCI (complètement inaudible depuis la décision d'abandonner NDDL), la Région, la Métropole. Nantes-Atlantique représente un enjeu stratégique majeure pour notre territoire. C'est l'enjeu de son accessibilité aux autres régions d'Europe et du monde, pour les 50 ans qui viennent. Dans les faits NA est devenu l'aéroport du Grand-Ouest, il suffit de se pencher sur sa fréquentation pour le comprendre. Ses clients viennent de toute la Bretagne, de Vendée, de l'Anjou, de Mayenne et même bien au-delà (Manche, Poitou, Touraine...). C'est la seule plateforme du grand Ouest qui a une zone de chalandise aussi large. L'aéroport de Nantes concentre plus de 70% du trafic aérien du grand-Ouest. Il en est donc clairement sa principale porte d'entrée quand vous venez de l'étranger, ce n'est pas rien ! On ne peut donc pas se contenter de faire du rafistolage de l'aérogare actuelle, il faut TOUT revoir et tout repenser, ne pas hésiter à repartir de zéro, pourquoi pas faire une nouvelle aérogare à un autre endroit, adaptable jusqu'à 10-12 millions pax ? Il y a du foncier à NA ! Les opposants à NDDL nous ont tanné avec Genève, très bien, alors voyons de près comment a été optimisé l'espace là-bas et sachons nous en inspirer. On peut gagner de la place sur les parkings, faire vertical plutôt qu'horizontal, ou même faire un peu plus loin pourquoi pas. NA est une vitrine du grand Ouest, tout le monde doit en avoir conscience, donc il y aura nécessairement une galerie commerciale, mais aussi des salons dignes des aéroports de cette taille, et son accessibilité est fondamentale. Bref il ne faut pas faire "rapidement" mais faire bien et intelligemment, et encore une fois avoir pleinement conscience que la réflexion menée aujourd'hui nous engage pour 50 ans au moins, donc sur plusieurs générations.
#3 - Le 11 juin 2018 à 18h23 par LEROY
En fait lors de l'abandon de NDDL, on a tenté de nous faire croire que la commission soit-disant neutre avait dans ses cartons un plan B avec Nantes Atlantique.
En réalité aucune étude sérieuse avec un projet précis
n'a été réalisée à ce jour puisque l'on va commencer à se concerter. Seule chose que l'on peut "apprécier"
c'est qu'enfin une décision ait été prise que l'on soit d'accord avec ou pas.
#4 - Le 16 juin 2018 à 17h04 par Bertlondon
J’ai lu récemment dans OF un article sur les options possibles pour réaménager NA. Enfin un article intéressant qui parlait d’avenir et non plus de zadistes (...) ou de NDDL... on se rend compte effectivement qu’il n’y avait pas de plan B et qu’on est maintenant au stade de l’amorce de la réflexion de ce fameux plan B! Il était question des pistes avancées par la DGAC qui réfléchit à faire une 2e aérogare en version low cost (en s’inspirant de ce qui a été fait à Marseille et Bordeaux). Attention cependant à ne pas opter pour des solutions du 20e siècle ! Je leur conjure de regarder dans le monde ce qui fonctionne et de de pas s’arrêter aux frontières de l’Hexagone. Les aéroports qui sont reconnus comme des modèles d’ergonomie et sont plébiscités par leurs clients ont des aérogares compactes, ou tout est intégré et facile d’acces. Shipol (Amsterdam) est un modèle du genre, vous pouvez ne mettre que 5 min entre la salle de récupération des bagages et le train qui vous emmène en ville. Nantes doit s’inspirer de qui fonctionne, en se demandant avant tout ce que le client veut. On gagnerait beaucoup plus à s’inspirer de Shipol (en l’adaptant à l’echelle Nantaise) plutôt que de Bordeaux dont l’aerogare Billy est très critiquée par les voyageurs. Il faut pour Nantes refaire une aérogare, dans le prolongement de celle existante, faire une gare terminus de train (ou tram) directement accessible sous le même toit, avoir des commerces de services utiles aux voyageurs (librairie, pharmacie, supérette,...), y compris bien-sur ceux qui voyagent en low cost ! Donc une seule aérogare, moderne et connectée, accessible facilement par les transports en commun nantais mais aussi les cars régionaux, avec suffisamment de parkings, et nous aurons alors à Nantes un vrai aéroport du 21e siècle plébiscité par les usagers du grand Ouest et qui sera une référence. C’est maintenant que tout se décide!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter