Nantes Infos

Notre-Dame-des Landes : La tribune des écologistes et citoyens de Nantes et de Nantes Métropole

One Planet Summit : le passage aux actes passe aussi par l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes

Face à l’urgence climatique absolue, en ce jour baptisé One Planet Summit, on aperçoit une lueur d’espoir dans une mobilisation sans précédent de tous les acteurs notamment locaux pour diminuer concrètement et dès aujourd’hui nos émissions de gaz à effet de serre.

Nantes Métropole n’est pas en reste : organisation d’un grand débat de l’action autour de la Transition Energétique, un plan climat visant à réduire de 50 % nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Reste qu’à la veille de la sortie du rapport de médiation autour de l’aéroport du Grand Ouest, le soutien affiché au projet de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes est en contradiction totale avec les objectifs fixés et peine à rendre crédible la volonté de la métropole à être une référence en matière de transition énergétique.

 « Nous avons déjà émis la majorité des émissions de gaz à effet de serre qui seront responsables du réchauffement d’ici 2050. Ils sont déjà dans l’atmosphère. Notre marge de manœuvre est donc infime. » C’est ainsi que Maria Carrega de l’Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique (ONERC) introduisait jeudi dernier le rendez-vous climat de la métropole nantaise, agrégeant plus de 300 acteurs locaux.

 L’urgence est bien là, au-delà de ce que les climatologues nous prédisaient il y a une dizaine d’années. Face à cette urgence, le temps n’est plus aux mots, mais aux actes. Nous sommes encore très loin de l’objectif annoncé lors de l’accord de Paris de limiter le réchauffement de la planète de 2, voire 1,5 degrés. Le Président Macron ne s’y est pas trompé en organisant aujourd’hui un sommet international de l’action climatique à Paris One Planet Summit. Nous avons une fenêtre de tir extrêmement serrée et pour cela il nous faut agir résolument ensemble à l’échelle mondiale, européenne, nationale et locale. L’envie est là, l’énergie et les initiatives aussi. Il nous faut maintenant trouver les moyens et réformer le paradigme qui mène à nos prises de décisions pour réaffecter tous nos financements publics et privés vers la transition énergétique.

 Et il nous faudra des actes majeurs ! Pas des petites mesurettes quilaisseraient à penser que nous avons saisi l’enjeu en surface sans modifier profondément notre action.

Et c’est bien cela qui se joue à Notre-Dame-des-Landes. « Si tenté qu’il en fallait une nouvelle preuve, le rapport de la médiation indique clairement que construire un nouvel aéroport plutôt que d’optimiser l’existant est infiniment plus émetteur en terme de gaz à effet de serre » explique Julie Laernoes Vice-Présidente de Nantes Métropole en charge de la transition énergétique et du climat, « les émissions de l’option Notre-Dame-des-Landes sont supérieures à celles de l’option Nantes-Atlantique, de près de 200 kilotonnes de CO2 sur les 20 ans d’exploitation  » dixit l’étude rendue. Car cela bétonne des zones humides qui captent le CO2, cela va générer plus de déplacements...etc. De plus, dans un pays déjà doté d’un nombre record d’aéroports, dans le contexte climatique qui est le nôtre, cela serait irresponsable ou pour le moins contradictoire avec notre affichage dans la lutte contre le réchauffement climatique. Rappelons qu’un avion rejette en moyenne 360g équivalents CO2 pour 1 km, contre 150 g/eqCO2 pour une voiture et 11 g/eqCO2 pour un train. Il faut donc bien faire décroître les déplacements en avion dès aujourd’hui.

 Alors oui l’urgence est là, les solutions à portée de main si tenté que nos « responsables » osent enfin se défaire des carcans de pensée du passé et résolument se tourner vers l’avenir. Si nous appelons bien évidement le Président de la République et le Premier Ministre a enfin prendre la seule décision qui s’impose sur le dossier de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes, nous ne pourrons nous résoudre à entériner une infrastructure qui met à mal ce à quoi nous nous employons à travers nos politiques publiques et qui détruit encore un peu plus la terre que nous empruntons à nos enfants...

Le groupe des élu-e-s écologistes et citoyens de Nantes et de Nantes Métropole

12/12/2017 | 0 commentaire
Article suivant : « Nantes : Les Elus Ecologistes & Citoyens dénoncent le passage en force du gouvernement sur les emplois aidés. »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136 avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter