Nantes Infos

Pénombre au pays du siècle des lumières...

Chaude ambiance en début de soirée, un groupe d'extrême gauche ayant décidé d'interdire, par la force et sous les menaces, l'accés à une salle située à la gare del'Etat, dans l'Ile de Nantes, prévue pour acceuillir, dans le respect de la loi, une réunion électorale pour les prochines élections municipales. Il s'en suivit une échauffourée qui a dissuadé un certain nombre de gens qui ont préféré s'abstenir.
Confusion et échauffourées devant la Maison des syndicats en marge du meeting de la candidate RN Eleonore Revel. — J.Urbach/20Minutes
Confusion et échauffourées devant la Maison des syndicats en marge du meeting de la candidate RN Eleonore Revel. — J.Urbach/20Minutes

Eléonore Revel, candidate RN à la mairie de Nantes, recevait Nicolas Bay, député européen venu la soutenir. La salle, qui  avait été imposée par les services de la mairie, se trouvait dans le bâtiment des syndicats. Etait-ce l'endroit le plus adapté pour une réunion de campagne d'un mouvement d'opposition ? 

Comme aurait dit Michel Audiard « J'critique pas le côté farce, mais coté fair-play, y aurait quand même à redire... »

De surcroît, certains syndicalistes devaient bien connaître les boîtiers d'alimentation électrique et avaient coupé les disjoncteurs. C'est donc à la lumière des éclairages de secours qu'Eléonore Revel a exposé les points principaux de son projet pour la ville de Nantes et que Nicolas Bay, lui succédant (toujours sans micro, faute d'alimentation électrique), a donné sa perception de la ville de Nantes,  vue du parlement européen.

Le fait que cet épisode, montrant une fois de plus comment les défenseurs inconditionnels (du moins en apparence) de la liberté d'expression -qu'ils revendiquent en permanence- agissent dans la réalité.

Nantes, ville « compagnon de la libération » a montré une fois de plus que la « flamme de la résistance » à ces procédés d'intimidation n'était pas éteinte.

Auteur : Focus | 08/03/2020 | 2 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 08 mars 2020 à 19h10 par bohalard, Nantes
pour bientot l'on pourra entendre au secours le RN c'est comme pour la police parfois applaudi ou mal vu
#2 - Le 09 mars 2020 à 19h28 par cliquet, Nantes
Quel prix attachons-nous réellement à la démocratie et à la liberté d'expression?
Les services de la ville de Nantes qui ont attribué cette salle ne pouvaient pas ignorer ce qui allait se passer. Imaginez que l'inverse se soit produit et qu'une liste de gauche soit chahutée par des gens de droite,même modérée, qu'aurions -nous entendu? C'eut été une agression intolérable conte la liberté d'expression et ils auraient crié au fascisme.
Cela, en d'autres lieux, prend le nom de "terrorisme" car l'idée est bien de terroriser les gens pour qu'ils n'assistent pas au meeting.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter