Nantes Infos

Scandaleuses expulsions de migrants à Nantes, la maltraitance se poursuit.

Nantes : Le Groupe des Élu-e-s Écologistes et Citoyens demande la réquisition de bâtiments disponibles avant tout déménagement.

Les élus écologistes et citoyens sont scandalisés par la succession d’expulsions sur Nantes. Après ce qu’ils ont vécu, condamnés à l’errance et aux tensions insoutenables, les exilés sont pris en otage par le bras de fer entre la ville et la préfecture dont c’est la compétence. 

Suite à l’expulsion du square Daviais 87 personnes ont eu des propositions de la préfecture et 60 de la ville. Aucune solution pour les autres, soit 300 personnes qui campent à nouveau près du square Daviais ou occupent le lycée Leloup Bouhier (site de la ville où des travaux sont programmés prochainement.). On leur demande de quitter les lieux mais sans propositions de solutions pour l"instant. 

Dans les jours à venir, il faut trouver d’autres lieux pour héberger dignement tout le monde. L’État, la ville, la métropole possèdent des bâtiments qui sont sans affectation immédiate.

Les associations et des citoyens sont prêts à accompagner l’organisation de ces lieux, mais chaque fois on les oblige à prendre des risques pour les migrants et pour eux-mêmes faute de mise à disposition dans la légalité. 

Ils ont montré leur compétence en ouvrant l’Autre cantine, qui prépare avec les exilés tous les jours des centaines de repas, ou en soutenant l’auto-organisation des exilés dans certains squats comme à Wilson. Ces deux lieux appartiennent à la métropole et sont occupés sans titre. Ils font aussi des propositions de procédures de mise à disposition mais sans réponse. 

Par ailleurs de nombreuses associations sont mobilisées depuis des années et ont besoin de soutiens renforcés.

Face à l’État défaillant, la ville et la métropole doivent assurer un accueil humanitaire dans la dignité en s’appuyant sur les mobilisations citoyennes, associatives et intersyndicales .

Construisons avec eux des réponses pour répondre à l’urgence et obligeons ensuite l’État à financer ce qui relève de ses compétences. Pour sortir de ce cercle infernal qui maltraite ceux qui arrivent sur notre territoire.

27/07/2018 | 0 commentaire

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter